Saison 2014-2015

Quand la mer...

Du 17 septembre au 5 octobre 2013
Salle principale

Du jeudi au samedi, 20h

Les mardis et mercredis à 19h

et le dimanche 29 septembre à 15h

Quelque part sur Terre, un petit village de pêcheurs vit depuis toujours selon d’immuables traditions. Alors que tous accueillent la nouvelle année avec l’espoir de voir enfin arriver le progrès dans leur collectivité, une lente et inexorable transformation s’opère : un fils cadet s’oppose à son père, une épouse refuse de se couper les cheveux comme l’exige la coutume… Même la mer ne tient plus ses promesses.

Inspirée par les évènements reliés à la disparition progressive de la mer d’Aral, Quand la mer...  raconte le drame passé et à venir de plusieurs communautés de notre planète, confrontées à la transformation du monde qui les entoure.

Une production Théâtre Sortie de Secours, Théâtre de la Vieille 17 et Théâtre du Nouvel-Ontario.

Auteur et idée originale

Esther Beauchemin

Mise en scène et appui dramaturgique

Philippe Soldevila

Conseillère artistique

Geneviève Pineault

Assistance à la mise en scène

Mélanie Primeau

Scénographie

Christian Fontaine

Environnement sonore

Pascal Robitaille

Costumes et accessoires

Marianne Thériault

Éclairages

Guillaume Hoüet

Direction artistique

Esther Beauchemin
Geneviève Pineault
Philippe Soldevila

Philippe Soldevila

Philippe Soldevila, metteur en scène et auteur, assume la direction artistique du Théâtre Sortie de Secours depuis sa fondation, en 1989.

Né de parents espagnols, il développe, au sein de Sortie de Secours, une démarche artistique guidée par une fascination envers les questions identitaires et les cultures étrangères. Bachelier en littérature française (Université Laval) et en théâtre (Université d’Ottawa), il a également étudié au Conservatoire d’art dramatique de Québec. Avec Sortie de Secours, Philippe Soldevila a mis en scèneTauromaquia, Le miel est plus doux que le sang, Exils, Le temple, Chroniques de la vérité occulte, ¡Anarquista!,Bhopal, Santiago, Le magicien prodigieux, À la défense des moustiques albinos, Les trois exils de Christian E et Québec-Barcelona. Il travaille maintenant à la toute dernière aventure théâtrale de la compagnie, la pièce Quand la mer... d'Esther Beauchemin. En dehors de Sortie de Secours, il a mis en scène plus d’une trentaine de productions dont, entre autres, Doldrum Bay de Hillary Fanin (Théâtre de la Manufacture, à La Licorne), Des fraises en janvier(Théâtre d’Aujourd’hui/Compagnie Jean Duceppe), Strawberries in january (Centaur Theater/Théâtre d’Aujourd’hui), Quatuor de Ronald Harwood au Théâtre du Rideau Vert, Faust, pantin du diable (Pupulus Mordicus),

Le piège, terre des Hommes (Théâtre du Paradoxe) et Les parents terribles (coproduction du Théâtre du Trident et du Centre National des Arts à Ottawa). Ses mises en scène du Miel est plus doux que le sang (1996) et du Temple (2002), à Québec, ont remporté le Prix de la meilleure mise en scène.

Enfin, en mai 1998, il a reçu le Prix John Hirsch du Conseil des Arts du Canada, « en reconnaissance de son oeuvre de metteur en scène et d’un travail qui annonce des réalisations majeures sur le plan de l’excellence et de l’originalité ». 

Esther Beauchemin

Après avoir exploré le théâtre, la chanson et complété un baccalauréat en arts plastiques, Esther Beauchemin a su mettre en valeur ses talents en tant que comédienne et auteure.

Tout en consacrant l’essentiel de son énergie au Théâtre de la Vieille 17 (Ottawa), elle a aussi écrit une pièce pour adolescents pour le Théâtre La Catapulte (La meute), réalisé des mises en lecture pour le Centre national des Arts et tâté de la mise en scène et de l’écriture pour la télévision. Maïta, sa première oeuvre solo, a remporté le Prix Christine Dumitriu van Saanen 2002, a été finaliste pour le Masque du meilleur texte en 2003, a été traduite et en espagnol pour être jouée à Mexico en plus d’être invitée à une résidence de traduction au Banff PlayRites Colony en 2005. Depuis septembre 2006, Esther assume la direction artistique et générale du Théâtre de la Vieille 17.

Espace des curieux

Extrait du texte

SCÈNE 1

Les commères sont au cimetière. On entend le bruit des vagues.

COMMÈRE VAILLANTE  J’ai planté les patates, hier.
COMMÈRE OPTIMISTE  Le printemps!...
COMMÈRE PET-SEC  Enfin!
COMMÈRE JOUISSEUSE  La saison de pêche tire à sa fin, on aura bientôt des hommes à la maison.
TOUTES  Enfin!
COMMÈRE BÈGUE  La toiture à réparer
COMMÈRE MÉCHANTE  La cheminée à déboucher
COMMÈRE JOUISSEUSE  Mon corps à réchauffer…

Les commères vaillante, optimiste et jouisseuse rient.

COMMÈRE PET-SEC  Taisez-vous donc! C’est un cimetière, ici, les morts vous écoutent.
COMMÈRE OPTIMISTE  Oh! Regardez là-bas… Dans le chenal.
COMMÈRE VAILLANTE  C’est Goury! Mais qu’est-ce qu’il fait…?

Lire la suite...

 

Entrevue avec Esther Beauchemin

Dans cette entrevue, Esther Beauchemin, l'auteure de la pièce, nous parle de l'écriture de Quand la mer...

 

La mer d'Aral

L'histoire de Quand la mer... est inspirée par les événements reliés à la disparition progressive de la mer d'Aral. Cette mer intérieure chevauchant le Kazakhstan et l'Ouzbékistan a perdu plus de la moitié de sa surface au cours des dernières décennies. Cet assèchement, relié au détournement des deux fleuves qui l'alimentaient vers des plantations de coton, est considéré comme l'une des plus importantes catastrophes environnementales du XXe siècle. Il a eu des répercussions biologiques, médicales, économiques et sociales.

Heureusement, le niveau de la mer d'Aral tend à se stabiliser ces dernières années, grâce à des mesures prises par les pays riverains (voir cet article du Courrier international - 24 juin 2013)

 

En savoir plus:
«Mer d'Aral : une catastrophe écologique» sur le site de La documentation française
«Mer d'Aral» sur le site de Dinosoria (plusieurs photos)
 

Photo : La mer d'Aral en 1989 (à gauche) et en 2008 (à droite).
Source: Wikipedia - Mer d'Aral

 

 

Programme d'économie de l'eau potable

Et ici, au Québec, comment gère-t-on au quotidien notre utilisation de l'eau potable? Le Québec posséde un des plus grands bassins d'eau douce au monde. C'est une richesse d'une valeur inestimable, que nous avons tendance à gaspiller... Les Québécois consomment en effet 386 litres d'eau par jour par personne, ce qui représente 70% plus d'eau que les Ontariens et 40% de plus que la moyenne canadienne.

Et vous, quelle quantité d'eau consommez-vous par jour? Faites le calcul grâce au Réseau Environnement, organisme québécois instigateur du Programme d'économie d'eau potable. Vous y trouverez également plusieurs trucs et astuces pour réduire votre consommation d'eau au quotidien.